Gradiva

Gradiva - la marche en propulsion

La « Gradiva » est un roman paru au début du 20ème siècle qui a fait couler beaucoup d’encre : Jung et Freud s’y sont intéressés. L’origine de ce roman est un bas-relief de Pompéi qui montre une jeune femme qui marche.

La beauté de cette femme est telle que l’archéologue qui découvre le bas-relief s’en éprend. Le mystère de sa beauté ne vient-il pas de la justesse de sa posture dynamique de marche en avant, en parfaite cohérence avec la loi de la gravité ? Le pied en arrière pousse le corps bien vertical qui s’appuie sur l’autre pied, bien campé sur sa voûte plantaire. Cette voûte plantaire parfaitement conçue pour amortir le choc grâce à ses trois arches. La succession des cambrures du corps permet un amortissement optimal du choc lorsque le pied se pose au sol.

Toute l’attitude de la Gradiva, son regard à l’horizontale, ses épaules à l’aplomb des hanches, elles-mêmes à l’aplomb du pied réussit à donner une allure dynamique à ce bas-relief. Car on imagine facilement la suite : le pied posé à plat dans l’image se déroule pour venir à son tour pousser le corps. L’enchaînement de ces pas donne une belle image de la marche en propulsion, élégante, sans effort. De l’équilibre des forces ainsi atteint, se dégage une impression de légèreté.

Beaucoup ont écrit sur la Gradiva et l’émotion qu’elle suscite. En montrant la marche en propulsion le sculpteur a réussi à représenter la vi

Quelques liens pour aller plus loin...
 
Par RamaTravail personnel, CC BY-SA 2.0 fr, Lien
2024-02-09T16:01:38+01:00