Pompes au mur 2024-02-09T15:40:15+01:00

Pompes au mur

Voici un premier exercice simple, adapté au confinement, télétravail, etc. qui permet de rompre les effets néfastes de la sédentarité : Faire des « pompes au mur ».

Possible à n’importe quel âge dès que l’on peut se tenir debout.

Matériel

Tout est en vous : vous utilisez vos muscles anti-gravitaires en simple bascule vers le haut, associée à votre respiration.

Les muscles anti-gravitaires qui permettent votre bipédie sont les extenseurs de dos-fessiers-abdominaux-extenseurs de cuisse-extenseurs de jambes. Ils permettent la remontée de votre sang veineux au cœur droit lors de la marche à pied.

Objectif

Rééquilibrer volontairement, par un usage mécanique simple et bien réglé de votre corps, votre circulation sanguine globale, source d’énergie pour tout votre corps, avec effet immédiat.

Description du mouvement

  1. Bien se placer face à un mur : Corps et tête les plus verticaux, pieds et jambes bien parallèles en extension, écartés de la largeur du bassin, situés à distance d’un pied du mur.
  2. Soulevez-vous d’abord vers le haut puis vers l’avant :  Soulever tout votre corps en extension globale en inspirant profondément (environ 1 s) puis laissez-vous basculer vers le mur que vous repousserez immédiatement et légèrement avec vos doigts, paumes de mains ouvertes. Vos coudes restent collés au corps niveau de votre taille, à hauteur du nombril. Vous aurez décollé les talons du sol et basculé sur vos gros orteils, chevilles libres restées bien parallèles.
  3. Revenir à la position initiale : En revenant corps entièrement à l’aplomb, toujours bien vertical, expirez profondément, avec un temps plus long (environ 4 s), votre corps et votre tête toujours bien maintenus à la verticale.

Recommencez 3 fois de suite tranquillement, seulement.

Combien ?

Si vous avez des stations assises à refaire environ toutes les heures, sinon les répartir dans la journée.

Explications de la physiologie circulatoire sous-jacente

C’est le mouvement de bascule vers le haut puis l’avant qui importe et non la position au mur. Ce mouvement non automatique, ainsi bien réalisé permet une meilleure propulsion de votre sang veineux sans oxygène, vers votre cœur droit et vos poumons pour le ré-oxygéner, puis le redistribuer automatiquement à tous vos tissus par votre cœur gauche. Votre retour à la position initiale verticale permet le bon remplissage veineux passif de vos mollets, il est ainsi plus long : 4 s.

Par ces pompes au mur ainsi réalisées, vous doublez immédiatement l’arrivée d’oxygène devant la porte de toutes vos cellules par rapport au recyclage réalisé lors d’un déplacement en marchant en se tractant.